Charte des actions spécifiques aux établissements scolaires bénéficiaires

Du programme Champardennais « Lycéen, Bouge … une priorité pour ta santé ! » (2015-2018)

Cadre du programme :

Le programme « Lycéen, bouge… une priorité pour ta santé ! », est un programme triennal (2015-2018) de promotion des comportements favorables à la santé des lycéens de 8 établissements scolaires de la région Champagne-Ardenne, par le bien vivre ensemble, le développement de l’activité physique et l’éducation alimentaire des lycéens. Ce programme s’adresse à des établissements volontaires (d’enseignement général, professionnel et agricole), qui souhaitent s’engager sur 3 ans.

Il vise des lycéens (de niveau de 2d qui évolueront jusqu’en terminale), les personnels des lycées et comprend l’environnement des lycées (parents d’élèves, restauration scolaire, activités physiques extrascolaires, transports scolaires, structures sanitaires, structures sociales …).
Ce programme se décline par des actions communes aux 8 établissements (conférence de lancement du programme, état des lieux, interventions en classes, réunions d’échanges avec les personnels volontaires, rencontre régionale annuelle) et par des actions spécifiques répondant aux besoins et aux attentes des équipes éducatives (création de court-métrages, d’expositions, concours, travail avec la commission menus, un fruit pour la récrée,...). La présente charte régit plus particulièrement ces actions spécifiques.

Un binôme de Chargées de projet accompagne une équipe de 5 personnels de chaque lycée dans l’émergence de problématiques et d’actions spécifiques à leur établissement, en lien avec l’activité physique, l’alimentation des élèves et le bien vivre ensemble.

Une recherche interventionnelle en Santé Publique conduite par l’Université de Reims Champagne-Ardenne permettra d’identifier les actions prometteuses du programme. L’évaluation conduite en interne, portera sur le processus du programme, notamment le respect de la dynamique partenariale, ainsi que sur les résultats du programme.
Des outils de communication interne et externe seront proposés aux personnels des lycées bénéficiaires, tels que des lettres d’informations, un site Internet, un guide des référents scolaires.

Le programme « Lycéen, Bouge … une priorité pour ta santé ! » bénéficie d’un co-financement de l’Agence Régionale de Santé (ARS), du Conseil Régional, la Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et des Forêts (DRAAF) et la Mutualité Française (nationale et régionale). L’investissement des personnels scolaires est valorisé.

La Mutualité Française Champagne-Ardenne s’adjoint les compétences des grands opérateurs régionaux, que sont l’Instance Régionale en Education et en Promotion de la Santé (IREPS), la Maison De la Nutrition (MDN), le Réseau Sport Santé Bien-être (RSSBE) et l’Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA).

Les établissements pourront parallèlement s’inscrire dans le dispositif « un fruit pour la récré » géré par la DRAAF en région, en constituant un dossier sur le site : http://www.draaf.champagne-ardenne.agriculture.gouv.fr/Un-fruit-pour-la-recre

Valeurs du programme :

Le programme est basé sur les principes éthiques de la Charte d’Ottawa, rédigée en 1986, qui fonde le cadre de travail et les valeurs des acteurs de la promotion et de l’éducation pour la santé.
D’après la charte d’Ottawa, la promotion de la santé se définit comme suit :
« La promotion de la santé est le processus qui confère aux populations les moyens d’assurer un plus grand contrôle sur leur propre santé, et d’améliorer celle-ci. Cette démarche relève d’un concept définissant la "santé" comme la mesure dans laquelle un groupe ou un individu peut d’une part, réaliser ses ambitions et satisfaire ses besoins et d’autre part, évoluer avec le milieu ou s’adapter à celui-ci.
La santé est donc perçue comme une ressource de la vie quotidienne, et non comme le but de la vie ; il s’agit d’un concept positif mettant en valeur les ressources sociales et individuelles, ainsi que les capacités physiques. Ainsi donc, la promotion de la santé ne relève pas seulement du secteur sanitaire : elle dépasse les modes de vie sains pour viser le bien-être. »
(Charte d’Ottawa, 1986).

Les concepteurs des actions et intervenants s’engagent donc à respecter les principes de promotion de la santé, applicables au programme « Lycéen, Bouge … une priorité pour ta santé ! », selon les indications suivantes :

  • L’action doit être accessible, sur le plan géographique et sur le plan financier, pour être aisément reconduite (en collectif ou en individuel). Les messages diffusés doivent être intelligibles et adaptés aux publics, pour être appropriables.
  • L’action privilégie l’intervention de structures et/ou de professionnels locaux.
  • Chaque action est systématiquement valorisée (photos, vidéos, articles, diaporamas).
  • Les actions de création sont à favoriser, pour leur potentiel de valorisation et de transmission en interne et en externe.
  • Les concepteurs et intervenants se doivent de respecter les croyances, les comportements et les habitudes des populations avec lesquelles ils travaillent et de s’appuyer sur cette connaissance pour adapter le contenu de leur action et de leur intervention. Les intervenants excluent toutes formes de jugement, de stigmatisation, de culpabilisation et de moralisation, de connotations politiques et/ou religieuses.
  • Les intervenants utilisent des termes positifs, qui traduisent une vision positive de la santé et engagent une réflexion sur les conditions favorables à la santé. Leurs stratégies d’intervention ne sont pas basées sur la menace ou l’usage de la peur.
  • Les personnels intervenants (non référents) prennent connaissance de cette charte, via les Référents ou à défaut le binôme de Chargés de projet.
  • Dans une logique de construction partagée, les actions conduites pour l’établissement par les intervenants extérieurs seront préparées conjointement avec les personnels du lycée et les Chargées de projet. Il est souhaitable que ces personnels référents co-animent au moins certaines séquences des actions menées.
  • Les créations seront co-construites avec les élèves et travaillées avec le binôme de Chargés de projet, tout au long de leur processus de conception, de mise en place et d’évaluation. Elles seront valorisées sur un support spécifique et pourra être diffusée à l’ensemble des établissements scolaires bénéficiaires du programme.

Méthodologie du programme :

En référence aux étapes de la méthodologie de projet,

  • L’action répond à des besoins identifiés par l’établissement, en concertation avec le binôme de Chargés de projet (Mutualité Française et IREPS).
  • La direction et l’équipe pédagogique s’engagent à déployer le programme sur les trois années dans l’établissement concerné, à renouveler les référents absents d’une année sur l’autre et à conduire le programme dans l’établissement conformément aux engagements de la direction.
  • L’action est réfléchie, construite, menée et évaluée en équipe pluridisciplinaire, au sein de laquelle les membres travaillent en synergie. L’action est préparée de manière partagée avec l’ensemble des acteurs partie prenante dans l’action.
  • L’action comporte des objectifs pédagogiques rédigés.
  • L’action est préparée en amont et en aval, en impliquant les élèves, si possible les parents d’élèves et l’environnement du lycée.
  • L’action doit pouvoir s’articuler avec des dispositifs de repérage, des protocoles d’orientation ou de prises en charge, déjà existants dans l’établissement scolaire.
  • L’action n’est pas ponctuelle et elle est intégrée à la programmation dans l’établissement. Les actions doivent être liées et cohérentes entre elles et avec le projet d’établissement.
  • L’ensemble des élèves ciblés par le programme participe aux actions proposées.
  • L’action est systématiquement évaluée.
  • La pérennisation des actions au-delà des trois années du programme est à envisager dès que possible, au cours des trois années.
  • Les investissements ne sont a priori pas pris en charge sur les fonds du programme, sauf accord écrit de la Mutualité Française Grand Est, en concertation avec les autres membres du Comité de pilotage.
  • Toute intervention d’un animateur extérieur à l’établissement, fera l’objet d’une convention tripartite (lycée/intervenant/Mutualité Française), stipulant l’accord du Chef d’établissement, la prise en charge par la Mutualité Française, les engagements et le cadre d’intervention de l’animateur. Celle-ci sera signée au moins 15 jours avant l’intervention. Un prototype conventionnel sera proposé.

La présente Charte est signée par les proviseurs, les Référents scolaires, les binômes de Chargés de projet et le Comité de pilotage représenté par la Mutualité Française Grand Est. Merci d’indiquer noms et fonctions des signataires.